Le 10 février, Arte a lancé son nouveau dispositif bimédia “Intime conviction”, un programme participatif qui s’inscrit dans la volonté de la chaîne d’élargir son offre éditoriale et digitale.

En France, Arte est la première chaîne à s’être dotée d’une structure bimédia : première à proposer la VOD en 2006, puis la télévision de rattrapage en 2007, la chaîne culturelle franco-allemande propose depuis 2012 le streaming en direct des émissions diffusées à l’antenne, et s’est également dotée de plateformes originales, comme Arte Future qui permet aux internautes de réagir aux programmes et d’en débattre.

Capture d’écran 2014-02-20 à 16.53.10

Avec « Intime Conviction », Arte fait un pas de plus dans son déploiement sur le digital. A l’issue d’un téléfilm dans lequel se déroule une enquête criminelle, les internautes sont invités à véritablement participer au procès du principal suspect, le Docteur Villiers (joué par Phillippe Torreton), accusé du meurtre de sa femme. Tandis que le procès se déroule en temps réel, filmé par 6 caméras, pendant trois semaines avec des magistrats  professionnels et des jurés recrutés parmi les internautes un an plus tôt, les utilisateurs peuvent découvrir l’ensemble des pièces à conviction, observer les réactions de chacun des protagonistes pour ainsi décortiquer les éléments du dossier et exprimer leur “intime conviction”.

La plateforme web, sur laquelle a été diffusé le téléfilm, n’est plus un simple second écran complémentaire mais un médium de diffusion valorisé autant que la télévision elle-même. En outre, ce dispositif est une manière originale pour la chaîne de se réinventer dans sa spécialité qu’est le documentaire (45% de sa grille) en proposant une « fiction-réalité ».

La présence maîtrisée de la chaîne sur le web mais également sa volonté de proposer davantage de fictions, et notamment des séries comme Real Humans, permettent à Arte de continuer à s’élargir à tous les publics, notamment les plus jeunes, sans pour autant devenir une chaîne “grand public”…