Instagram est une véritable opportunité pour les marques de s’immiscer dans la vie des internautes. Le pouvoir de l’image n’étant plus à prouver, aujourd’hui l’enjeu est à la différenciation.

Sur la majorité des réseaux sociaux la problématique est la même : comment faire de simples photos une véritable expérience ? Ballantine’s relève le défi en créant son « instazine » W, un magazine expérimental abolissant les formats imposés du réseau social. Fini les hashtags : la marque de whisky repense les codes classiques d’Instagram.

Le projet est construit sur la grille de visuels du compte dédié W_issueone. Chaque visuel se découpe en 9 photos. Pour une fois, aucun hashtag n’a été utilisé, le lien entre les articles se faisant uniquement via le « tag » et la création de plusieurs pages. L’instazine est constitué de 3 articles « The Women Shaping Whisky », « Did the Sims introduce the mixology to the masses? » et le dernier « The Rise of Bitter Drinks » dans lequel on retrouve des vidéos-recettes de cocktails. L’idée est de proposer une nouvelle approche digitale, un nouveau canal pour raconter des histoires et nourrir l’univers de marque. D’ailleurs, il semblerait que cette opération devrait se décliner en plusieurs autres magazines…

La ligne éditoriale de cet instazine cible particulièrement les millennials, les « modern whisky drinkers« , réceptifs à ce type d’expérience autant visuelle qu’innovante. Malgré les contraintes de communication liées au secteur de l’alcool, les annonceurs redoublent de créativité pour atteindre leurs cibles, et créer un lien avec les plus jeunes.

Avec 46% d’utilisateurs qui suivent des marques sur Instagram (étude Kindai – Instagram 2014), la plateforme ne cesse de développer son offre, notamment avec les dernières innovations en terme de format publicitaire. Mais l’intérêt des marques reste de se fondre discrètement dans le contenu des internautes ou de leur proposer des expériences uniques.

Plus d’infos : http://bit.ly/1IXmgmG