On n’a plus la valeur de l’argent ». Face à ce constat simple, la Banque Mondiale a décidé de sensibiliser aux disparités des niveaux de vie dans le monde. Pour cela, elle a demandé aux personnes du monde entier de tweeter ce qu’elles pouvaient acheter avec un dollar.

Pour cette somme, on peut ainsi acheter une brique de lait en Belgique, un kilo de tortillas au Mexique ou un plat de poulet biryani et un Coca en Inde. Ce sont quelques-unes des milliers de réponses qui ont été postées sur Twitter, dans le cadre de cette campagne mondiale de sensibilisation non seulement purement digitale, mais également entièrement crowdsourcée. C’est tout l’intérêt d’utiliser Twitter pour réduire les coûts de communication tout en s’assurant une visibilité, une viralité et un engagement de son audience.

1dollar_worldbank_exempletweet

La question posée par l’institution internationale provoquera sans doute la curiosité chez la plupart des gens, les internautes désireront sans nul doute jeter un oeil aux contributions de chacun et s’étonner des différences de niveau de prix d’un pays à l’autre. S’ils cliquent sur le lien présent dans les tweets de la Banque Mondiale, ils seront alors exposés au message plus global de l’organisation, apprendront qu’un milliard de personnes vit avec à peine un dollar par jour et se verront finalement proposer la signature d’une pétition pour éradiquer la pauvreté d’ici à 2030.

Ensuite grâce à une mécanique (une photo et un hashtag) permettant à chacun de participer facilement en créant du contenu partageable. Ainsi l’objectif de la Banque Mondiale est que les populations se mobilisent rapidement et massivement autour du nouveau programme de lutte contre la pauvreté qu’elle vient de lancer en octobre. Une stratégie bottom-up qui part de la base pour influencer des gouvernements ou états structurellement plus hermétiques au changement.

Plus d’infos : http://bit.ly/18xEm7d