Lors du 36ème Bangkok International Motor Show, c’est le stand de Chevrolet qui a attiré tous les regards et remporté le prix de la meilleure présentation. En effet, à l’occasion du lancement de son nouveau pick-up premium, la marque a présenté aux visiteurs une expérience de vente en réalité virtuelle inédite : « The Delivery ».

Chevrolet réinvente ainsi le test drive. Installé dans le siège passager, le visiteur se voit propulsé dans une aventure en hors-piste dans l’arrière-pays néo-zélandais. La mission : conduire sur des chemins escarpés et traverser des rivières à grande vitesse pour livrer une mystérieuse boîte. Grâce aux lunettes Oculus Rift (vision à 360 degrés etrésolution de 12K), aux enregistrements sonores 3D et aux reproductions des vibrations de la voiture, le prospect est alors immergé dans l’univers du nouveau pickup truck de Chevrolet, le Colorado High Country.

Si les premières applications de la réalité virtuelle ont été expérimentées dans le monde du jeu vidéo ou du cinéma, le secteur automobile commence à tester cette technologie, à l’instar de Lamborghini et son « fast test ride », de Toyota et son expérience de prévention routière, ou encore de Abarth et la visite virtuelle de ses usines.

L’avenir de l’expérience client dans le secteur automobile se dirige vers l’utilisation de la réalité virtuelle comme outil d’aide à la vente. Le Mondial de l’Automobile fin 2014 a été le parfait exemple de cet engouement.

L’Oculus Rift, dont le fabriquant a annoncé que son premier modèle grand public serait prêt cette année, ne sera pas le seul à occuper le terrain. Ses concurrents, notamment Google et Samsung, ont été particulièrement offensifs ces derniers mois et participeront à la démocratisation de cette tendance. Récemment, la société Sophic Capital a annoncé ses prédictions pour le marché de la réalité virtuelle, qui devrait s’élever à 7 milliards de dollars à l’horizon 2018.

Plus d’infos : http://bit.ly/1GZLPkx