Si vous connaissez un ado, demandez-lui de vous montrer Snapchat, il l’utilise certainement ou aura un avis sur cet outil. En deux mots, Snapchat est une application de messagerie instantanée éphémère qui a su séduire les plus jeunes par sa forme et son parti-pris sur la confidentialité. En effet, les messages photos ou vidéos échangés (les « snaps ») ne sont pas sauvegardés sur la plateforme. C’est l’expéditeur qui décide lui-même de la durée de vie du message, qui ne sera affiché au destinataire que quelques secondes, juste le temps de le lire… et encore.

La progression de Snapchat fait peur même au géant Facebook qui en janvier dernier avait proposé de racheter la jeune société pour 3 milliards de dollars, mais fort de 50 millions d’utilisateurs, Snapchat a décliné pour miser sur un autre avenir. Mais alors quelle place pour les marques dans ces conversations fugaces et privées ? La plateforme ne propose pas (encore) de formats dédiés aux marques ni de tarifs pour y pousser ces messages. Seule possibilité pour une marque, s’y inscrire, et inciter les utilisateurs à se connecter au compte de la marque. Une fois cette connexion établie, la marque peut diffuser des messages à son répertoire de « suiveurs ». Evian vient de commencer à utiliser Snapchat dans le cadre de son opération avec le prochain film Spider Man. Des bandes annonces du film mettant en scène Spiderman et sa version bébé Evian sont envoyées sur Snapchat pour générer de l’excitation autour du film et de l’opération. Aux Etats-Unis, des marques comme McDonald’s et Taco Bell ont lancé leur compte Snapchat.

Snapchat serait-il le nouvel outil de teasing pour les marques qui visent les moins de 18 ans ?