Plutôt que d’emprunter les sentiers usuellement battus, Duac crée un site interactif qui démontre de manière ludique l’efficacité de sa crème anti acné.

Avec Finger Torture, les internautes ont la possibilité d’utiliser leur webcam, microphone et clavier pour maltraiter les cinq doigts de la main. Car quand un adolescent a de l’acné, il n’est pas le seul à en souffrir, ses doigts s’y frottent aussi.

Ces derniers, que Duac désigne comme ses « vrais experts », sont soumis à une séance de torture. Elle s’inspire des comportements des jeunes sujets aux problèmes d’acné. Ainsi, en utilisant du maquillage, en se grattant ou en appliquant des recettes de grand-mère, on écœure, frappe et lacère des doigts gémissants.

Après s’être amusé quelques minutes à jouer les tortionnaires, les internautes peuvent choisir d’en apprendre plus sur les effets de la crème Duac. À l’aide de schémas animés qui ne sont pas sans rappeler ceux que tout collégien étudie en classe de biologie, les effets négatifs des pratiques adolescentes sur la peau sont expliqués pour mettre en avant l’expertise médicale et l’action pérenne de la marque.

Avec ce site, la marque se rapproche d’une cible dont l’attention portée au discours scientifique est souvent volatile. La priorité des adolescents est plutôt de faire disparaître le plus vite possible tout bouton. En choisissant une approche émotionnelle, Duac développe chez les jeunes une présence à l’esprit de l’importance de traitements adaptés, sur le long terme.