02812_the-swim-reaper

La Nouvelle-Zélande regorge de littoraux et rivières, endroits paradisiaques qui peuvent tourner au cauchemar lorsque les risques de noyade ne sont pas suffisamment pris en compte. Après plusieurs années de baisse, l’été 2015 a vu une hausse drastique de 26% du nombre de décès par noyade, essentiellement chez les jeunes hommes. L’organisme national de prévention a décidé cette année de cibler spécifiquement cette population en adoptant ses codes dans une campagne social media à l’humour grinçant.

Via Instagram et Snapchat, la Swim Reaper, littéralement « faucheuse de la baignade », invite ses abonnés à suivre ses conseils et reproduire des comportements à risque lors de la baignade. Mise en scène humoristique, légendes tout en second degré et hashtags reprenant les buzz et autres tendances du moment sur les réseaux sociaux, tout est fait pour que la situation paraisse absurde et ridicule… et appuie ainsi le message de prévention.

Cette stratégie de psychologie inversée semble avoir porté ses fruits, au vu de l’engouement sur les réseaux sociaux. En sept semaines seulement, le compte Instagram a réuni plus de 15 000 abonnés et 30 000 likes pour seulement 42 publications. Au-delà de la viralisation et de l’humour, le message semble être passé. Au premier mois, l’organisation observait une baisse de 20% de morts par noyade et aucune noyade au sein du groupe ciblé. Une efficacité qui résulte de cette stratégie tranchant avec la précédente campagne « stop and think », adoptant l’ironie auprès d’une population réfractaire aux discours de prévention. Avec le message « swim dumb and you’re done », la faucheuse permet aux jeunes hommes, enclins à sous-estimer les risques et surestimer leur force, de prendre conscience de la réalité de ces nombreuses noyades qui pourraient être facilement évitées, et à Water Safety d’éviter la délicate étiquette du « bad cop » rabat-joie, trop souvent collée aux organismes de prévention.

Plus d’infos : http://bit.ly/2kQccnb