Pour toucher les 18-35 ans, population clé dans le combat pour le don d’organes, le National Health Service crée trois profils Tinder afin de sensibiliser les jeunes et les inciter à s’inscrire sur les listes de donneurs d’organes.

Contrairement à la législation française fondé sur le consentement présumé, il est nécessaire en Angleterre d’exprimer son consentement explicite au don d’organes en s’inscrivant sur un registre national géré par le NHS. Or, si plus d’un tiers des Anglais se sont déjà inscrits sur cette liste, des millions d’autres, favorables au don, n’ont pas fait cette démarche indispensable pour pouvoir prélever leurs organes.

C’est face à cette problématique qu’ont été créés trois faux profils Tinder à l’effigie de célébrités de la télévision et du sport. Lorsqu’un utilisateur « matche » avec un de ces profils, il reçoit un message l’incitant à s’inscrire sur le site du NHS. Le message de la campagne est très simple : « Si seulement il était aussi simple de trouver un match pour ceux en attente d’un organe qui leur sauvera la vie ».

L’opération de sensibilisation qui met l’accent sur le délai d’attente et la pénurie de donneurs, sensibilise d’une manière originale et inattendue. En simplifiant le plus possible le processus d’inscription, la NHS a compris comment s’adresser à une génération qui déteste perdre son temps. Finalement, ces faux profils Tinder jouent le rôle de « nudges », ces petits coups de pouce dont on a parfois besoin pour adopter de nouveaux comportements.

Plus d’infos : http://bit.ly/1Yk1aHj