Pourquoi les plateformes qui comptent le plus d’utilisateurs inscrits sont celles qui progressent le moins en termes d’utilisateurs actifs ? C’est ce que révèle une étude menée par Global Web Index au 3ème trimestre de l’année 2014.

Ces résultats paradoxaux alimentent les discours sur la désaffection de Facebook et Twitter au profit de plateformes comme Tumblr, Instagram ou Pinterest. Les audiences basculent-elles durablement vers de nouveaux types de plateformes ? Est-ce l’effet du mobile ? Y a t-il trop de publicités ? Les adolescents veulent-ils échapper au contrôle de leurs parents, désormais présents sur les réseaux sociaux ?  Difficile à dire, mais une chose est sûre : l’audience s’éparpille, se morcelle. Ces « nouvelles » plateformes font le plein d’utilisateurs, génèrent un engagement de qualité et commencent à renvoyer un trafic substantiel sur les sites des marques qui les alimentent.

Evidement toutes les plateformes ne sont pas étanches entre elles, bien au contraire. Les contenus voyagent d’un site à l’autre, du mobile au desktop, d’un compte de marque à un blog puis à un compte perso pour réapparaitre sur un autre compte de marque… C’est la vie d’un contenu… « liké », commenté, partagé, retwitté, « regramé », « repiné »… Avec cet éclatement des audiences et les multiples vies des contenus, l’ubiquité des marques tenues d’entretenir leur présence sur tous ces réseaux avec des contenus adaptés aux migrations devient plus encore l’un des enjeux clé pour 2015.

Plus d’infos : http://bit.ly/1yPYKBD