Internautes et data : la bataille continue

Face aux débats virulents engendrés par la data, avec entre autres la révélation de Prism et les fuites de données personnelles Facebook, Julie Brill, l’une des membres de la Federal Trade Commission américaine, a lancé l’initiative « Reclaim your name ». Celle-ci suggère la mise en place d’un dispositif soutenu par l’ensemble des data brokers, qui permettrait aux consommateurs de comprendre précisément comment sont utilisées les données récoltées, mais aussi de reprendre le contrôle sur leurs informations personnelles, en généralisant notamment la portée de l’opt-out. Si, face aux empires créés par le business de la data, le projet semble avoir peu de chances d’aboutir, il permettrait en tout cas aux acteurs du secteur de montrer patte blanche pour calmer la polémique. Une ambition salutaire dans la mesure où le Sénat et la Maison Blanche se penchent actuellement sur de nouvelles solutions pour accroître la régulation du marché.

Instagram se dote d’une fonction vidéo

Facebook a récemment ajouté un service de partage de vidéos à l’application Instagram. Celui-ci, qui arrive peu après l’acquisition de l’application Vine par Twitter, n’a pas manqué de faire parler de lui, dans la mesure où il se présente comme un moyen direct de concurrencer cette dernière, avec deux avantages supplémentaires : un stabilisateur de vidéo et une durée de film pouvant aller jusqu’à 15 secondes, là où Vine s’arrête à six. Mais ces innovations, somme toute mineures, apparaissent en réalité comme la partie émergée de l’iceberg : avec la vidéo arrive en réalité un moyen de rendre Instagram rentable. Le premier indice est le format, plus adapté à un usage publicitaire. Le second est la difficulté à monétiser les contenus publicitaires sur Instagram, qui se développent sans accord et de manière à peine voilée. Le dernier, et non des moindres, est la déclaration de Kevin Systrom, le co-fondateur d’Instagram, qui annonçait il y a peu que l’application souhaite effectivement lancer une offre publicitaire. Cette dernière concorderait-elle avec l’arrivée à l’automne prochain de publicités vidéo sur Facebook ?

Les mobinautes étudiés à la loupe

Le 25 juin dernier, l’institut Ipsos a présenté « 2h dans la poche de vos clients », une étude rendant compte des nouveaux usages liés au mobile. Au sein de celle-ci, on retiendra que 57% des mobinautes se servent de leur téléphone comme GPS, qu’ils sont 9 sur 10 à prendre des photos avec leur smartphone, et que 1 sur 2 surfe dans les files d’attente. Pour Dominique Lévy, directrice générale d’Ipsos France, le mobile oriente la vie des mobinautes français autour de trois grandes tendances : l’instantanéité, l’ubiquité et l’individualisme.