EnjoyPhoenix, ses 2,260 millions d’abonnés et 260 millions de vue ou encore Natoo, ses 2,3 millions d’abonnés et 223 millions de vues font la pluie et le beau temps dans le monde de la beauté sur le digital. Le 28 mai prochain se tiendra même le Get beauty Paris, premier salon de youtubeuses mode et beauté en France. 70 youtubeuses seront présentes et 10 000 de leurs fans sont attendus. Est-ce la fin des magazines féminins ? Comment les marques de beauté doivent repenser leur communication pour coller aux usages de la nouvelle génération ?

Aujourd’hui la beauté rime avec youtubeuses sur le digital. Etre une influenceuse beauté, c’est compter plus de 200 vidéos réalisées à son actif et une audience de millions de jeunes femmes de 15 à 35 ans. Plus puissantes que les sites féminins, elles représentent la première révolution de communication depuis les blogueurs. Pour point de comparaison, EnjoyPhoenix, première youtubeuse française, comptabilise 55 000 minutes passées sur sa chaîne par son lectorat versus 44 000 minutes passées sur Au Féminin. Fortes d’un écosystème social média complet, les youtubeuses ont une portée bien au delà de Youtube. Sur Twitter, EnjoyPhoenix est suivie par 268K d’abonnés contre 160K pour le magazine Elle. Sur Instagram, elle fédère 535K de personnes contre 46K pour Elle et sur Facebook, elle atteint 13% de taux d’engagement, loin devant les 4% d’Elle.

Leur audience murit et devient experte en matière de beauté. Les marques se retrouvent donc face à un challenge de taille : comment repenser les codes de leur communication ? Comment basculer d’un film publicitaire à une logique de tuto ?

La vraie initiative : Gemey Maybelline a créé la première chaîne beauté de marque sur Youtube. L’émission hebdo « T’as pas du gloss ? » présentée par EnjoyPhoenix et diffusée sur la chaîne de Gemey est un franc succès. 45 épisodes en 1 an, 9 millions de vues naturelles et 150K d’abonnés supplémentaires… A vous de jouer…