On les voit fleurir dans l’écosystème social média français, ils s’appellent Secret, Wickr, Whisper, Rumr ou encore Yik Yak et confirment la tendance des réseaux sociaux anonymes. Des espaces de discussion où les utilisateurs ne dévoilent pas leur identité. Ces applications mobiles se targuent d’être les derniers remparts à la liberté d’expression. Les utilisateurs, quant à eux, se prêtent au jeu mais subissent parfois les conséquences d’une e-réputation entachée par une réelle absence de modération.

Après Instagram, lors de l’ascension folle des réseaux de l’image, ou encore Snapchat, le fleuron des réseaux sociaux de l’éphémère, Facebook s’engouffre cette fois sur cette nouvelle tendance de l’anonymat. Le géant lance l’application « Rooms ». Pour le moment disponible exclusivement sur iOS, Rooms permet de créer et participer à des salles de discussion autour d’une thématique. Une sorte de café numérique ou de forum, indépendant du profil facebook de l’utilisateur, qui peut s’y connecter avec un pseudonyme. Semblable aux pages communautaires de Google+, le créateur de la discussion peut choisir les modérateurs parmi les participants et en bannir d’autres qui ne respecteraient pas les guidelines. On apprécie cette fois de voir au sein d’un réseau anonyme un modèle de modération même si celle-ci est laissée au libre arbitre de l’utilisateur. Si Rooms est clairement déconnecté de Facebook,  il en conserve la signature : le bouton « like ».

Pour ce qui est de la présence des marques sur ce type de réseaux, attendons que les politiques de modération soient plus strictes. Il serait dommage de s’y précipiter par effet de mode. Leur recommander d’utiliser les codes de la génération 18-25 ans dans une logique de proximité : oui mais pas à n’importe quel prix !

Plus d’infos : http://blog.rooms.me/