Harris Interactive nous livre les résultats d’une étude (quanti et quali) sur les objets connectés, un marché qui devrait représenter en 2020 entre 50 milliards (Cisco) et 80 milliards d’objets dans le monde (Idate). Les estimations du marché en valeur s’élèvent quant à elles pour 2020 à plus de 5 000 milliards de $ selon IDC.

L’étude Harris Interactive s’attache à mettre en lumière le potentiel de développement mais aussi les freins du marché de « l’Internet of things » à travers la perception qu’en a le grand public français. Ce marché a représenté 1% des dépenses high tech des Français en 2013 selon Xerfi. L’étude confirme l’un des principaux enseignements d’une étude parue en avril 2014 et réalisée par l’Ifop pour le compte de Microsoft France, à savoir que le concept d’ « objets connectés » n’est pas une notion floue pour les Français mais bénéficie déjà d’une forte notoriété auprès du grand public. Ainsi 57% des Français en ont déjà entendu parler et savent ce dont il s’agit même si, lorsqu’on les interroge, ils ont des difficultés à en donner une définition. Un Français sur deux ne se laissera pourtant pas facilement convaincre au moment de décider d’un achat et près d’une personne sur deux déclare qu’elle s’en lassera rapidement. La fiabilité des mesures effectuées, le coût à l’achat, la dépendance, l’utilisation des données personnelles, etc… sont autant de craintes associées aux objets connectés.

L’étude porte sur sept univers : la maison, l’automobile, le multimédia, la santé/bien-être, l’électroménager, les accessoires personnels et les vêtements/chaussures, et montre des attentes variables. Le top 3 des univers qui représentent pour les Français un niveau d’intérêt élevé et donc un potentiel d’usage fort, sont respectivement la maison, l’automobile et le multimédia. Pour la santé et la domotique, ce marché serait promis à une progression annuelle de 50 % d’ici 2016, soit 500 millions € (Xerfi).

Plus d’informations : http://bit.ly/1iJdB60