04812_L_oreal

Depuis quelques années, l’intérêt que les marques portent aux youtubeurs ne cesse de croître. Ces nouveaux influenceurs produisent des vidéos très appréciées par les Millennials qui pensent y trouver des conseils honnêtes, car non commandités, sur des biens de consommation.

Voir son produit recommandé sur YouTube est donc devenu une aubaine pour les marques, tout particulièrement dans le domaine de la beauté où les recommandations sponsorisées sont devenues monnaie courante. Mais si l’alchimie entre marques et youtubeurs fonctionne, ces derniers devront rester vigilants à ne pas trop banaliser leurs pratiques s’ils veulent conserver l’attention des Millenials.

Et c’est à L’Oréal que l’on doit la dernière initiative innovante en termes de partenariat. Le groupe s’est allié à YouTube afin de créer BeautyTube, la première académie destinée à former des youtubeurs beauté. Dix vidéastes débutants ont la chance d’assister à des masterclass abordant sans distinction astuces beauté et techniques de montage vidéo. Chaque session est filmée puis diffusée sur la chaîne officielle du groupe. Pari réussi, la mini-série rencontre un fort succès auprès des Millennials. Pas si étonnant, quand on sait que l’initiative est évidemment relayée par les protagonistes sur leurs chaînes respectives et que la dimension éducative du contenu ne pouvait que plaire à cette génération de « makers ». Non content d’avoir réinventé le partenariat entre marques et youtubeurs, L’Oréal en profite pour promouvoir les produits utilisés dans chaque épisode mais surtout, et c’est dans cet aspect que réside toute l’intelligence de l’opération, pour mettre la main sur l’influence du futur.

Former des influenceurs reconnaissants et fidèles, voilà l’objectif visé par L’Oréal à plus long terme, et qui d’autre qu’un groupe leader sur son marché pour s’acquitter de cette tâche.

Après décryptage, l’opération semble déconcertante de simplicité. On en vient même à se demander comment l’audience ne se rendrait pas compte que L’Oréal menace l’indépendance si appréciée de ses youtubeurs. Un élément de réponse : la mini-série, dans sa réalisation, imite les émissions de télé réalité tant appréciées par la cible, se camouflant ainsi derrière une image de pur divertissement.

Plus d’infos : http://bit.ly/2ddnJsD