Se targuant d’être le Tinder de la musique, l’application mobile Louise fait son apparition. 100% « Made in France », cette appli de dating mobile suggère une nouvelle façon de découvrir des coup de cœur musicaux. Label, artiste, marques ciblant les jeunes dans l’univers de la musique… Qui sera le premier à lancer une opé sur Louise ?

La musique est identité, reflet d’une personnalité, elle rassemble des communautés de fans très engagés. Louise saisit cette opportunité en devenant la première application mobile qui fait matcher les gens en fonction de leurs goûts musicaux. Le fonctionnement est très simple : 1. L’utilisateur renseigne ses genres musicaux ou ses groupes préférés 2. L’appli, présente dans 182 pays, lui établit une liste de contacts partageant les mêmes goûts 3. Si ça « colle » avec un contact, un tchat privé et anonyme est à disposition pour échanger et un service de géolocalisation permet de savoir qui se trouve à proximité. En découvrant de nouveaux univers musicaux à travers ses contacts, l’utilisateur en ligne peut en parallèle écouter des morceaux sur des plateformes de streaming (Spotify, Deezer, Soundcloud…).

Mais alors quel est le business modèle à venir et quel est l’intérêt pour les marques de se lancer sur ce nouveau « réseau social » ? Si Louise a déjà séduit 5 000 membres en 1 mois, elle ambitionne d’atteindre le million d’ici juin. Dans cette course au développement, de nouvelles fonctionnalités payantes verront le jour. En effet, pour Louise pas de rémunération via la publicité ou le sponsoring, mais la création de services qui permettent aux fans de musique d’échanger mieux autour de leur passion. On saluera notamment les groupes de discussion sur des concerts événement. Une initiative qui a déjà séduit la Warner en quête d’insights conso après les concerts. Louise s’inscrira-t-elle dans le renouveau d’un marché bouleversé depuis l’essor du web ?