Nike a récemment dévoilé une application d’un nouveau genre. Intitulée Making, elle vise à inspirer les designers et créateurs pour concevoir des vêtements et équipements plus écologiques, sans pour autant compromettre leur style et leur créativité.

L’application, gratuite et ouverte à tous, donne la possibilité à ses utilisateurs de calculer l’empreinte écologique de chaque matériau envisagé pour la conception d’un vêtement. Chaque composant est doté d’un indice, indiquant les ressources en eau nécessaires à sa production, mais aussi les déchets et émissions de gaz à effet de serre qu’il va engendrer. Pour le designer, l’objectif est d’atteindre le score idéal de 50 points, qui correspond au meilleur impact environnemental possible. À l’instar de Nike +, Making joue la gamification en permettant de quantifier ses points.

Conçue à partir d’une interface colorée et intuitive, l’application doit servir le nouveau propos de Nike : le développement durable n’est pas une contrainte mais une fin devant booster l’ingéniosité de l’ensemble des corps de métier. Pour accroître la visibilité de cette initiative, la marque a relayé celle-ci sur son Tumblr « Nike’s Makers », destiné à encourager les créateurs à faire de meilleurs choix.

Si ce nouvel outil peut apparaître comme une goutte d’eau dans l’océan des communications de Nike, il n’est en réalité que la partie émergée de l’iceberg. En effet, après les controverses dont la marque a fait l’objet au cours des années 1990, elle est repartie du bon pied en mettant en place de très nombreuses initiatives pour avancer dans le sens du développement durable, avec, entre autres, le cycle de conférences Launch, initié en partenariat avec l’Etat américain pour soutenir les approches novatrices oeuvrant dans le sens des défis environnementaux.

Nul doute que ce nouveau projet devrait permettre à Nike d’illustrer son leadership en terme de conception durable, d’éduquer le public à sa nouvelle dimension responsable, et, bien sûr, de profiter de juteuses retombées presse.