Que donnerait un mélange entre Foursquare et Pinterest ? Posse, le nouveau réseau social australien, nous apporte la réponse : une plateforme féminine, fondée sur la recommandation de lieux et la création d’un univers à son image.

La mécanique est simple et efficace : dans un décor joyeux et épuré, l’usager se crée des « rues », au sein desquelles il est invité à ajouter ses lieux et boutiques préférés. Sur le même principe que Pinterest, chaque rue se peuple ainsi autour d’un thème, tel que la rue des cafés, des boutiques de vêtements ou encore des salles de sport. Mais plutôt que de jouer l’accumulation d’images à la manière de Pinterest ou la multiplication de badges propre à Foursquare, Posse propose de recommander à ses amis les lieux que l’on préfère, et de bénéficier de leurs conseils par le biais de recherches à effectuer par type de commerce ou par ville.

En jouant sur la recommandation, Posse décline ses atouts.
Pour les usagers, d’abord, parce que le réseau a compris que les femmes – son coeur de cible – avaient tendance à se définir par le style de vie qu’elles mènent. Un style qui, lui, repose sur les endroits qu’elles fréquentent. En conseillant à ses amis ses dix librairies favorites à New York, une femme laisse ainsi entendre « qu’elle est curieuse et apprécie les choses simples ».
Pour les marques, ensuite, car en se fondant sur la recommandation, Posse supprime la possibilité de commentaires négatifs sur les marques et commerces. Un solide argument pour devenir le réseau à privilégier, car sans risque. Enfin, dès qu’un lieu est ajouté au réseau par un utilisateur, la marque en est avertie, et peut ainsi entrer en contact avec la cliente ou lui faire bénéficier de petits cadeaux de remerciement tels que des bons de réduction. Soit une formule gagnant-gagnant.

Le réseau social commence à faire des émules en Australie et aux Etats-Unis, grâce à une certaine simplicité d’utilisation, une bonne mécanique de viralisation, et un business model solide. Il semble qu’un petit détour par Posse s’impose…