social-mediaAlors qu’une écrasante majorité de campagnes s’accompagnent d’un volet social, les Instagrammers, YouTubers et Snapchatters se professionnalisent. Avec plusieurs millions d’abonnés au compteur, ces influenceurs sont plébiscités par les marques. Ces dernières, en quête de visibilité, ont souvent tendance à collaborer avec ceux dont l’audience est la plus importante. Pourtant, une récente étude de Markely démontre qu’audience ne rime pas forcément avec influence !

Il s’avère qu’une fois un certain palier d’abonnés atteint, l’engagement des followers décroît. Markely montre que les utilisateurs ayant moins de 1 000 followers réussissent en moyenne à atteindre un taux d’engagement de 8%. Alors qu’il descend à 4% pour ceux ayant entre 1 000 et 10 000 followers au compteur, et 1,7% pour les stars du réseau, totalisant au moins un million de fans. Et le constat ne s’arrête pas au simple ‘like’. D’après un rapport de Keller Fay, 82% des consommateurs américains déclarent être très susceptibles de suivre une recommandation faite par un «micro-influenceur».

« Micro » de par leur taille, et non leur pouvoir : les micro- influenceurs représentent plus d’un avantage pour leurs partenaires. Les raisons de leurs performances sont les mêmes que celles pour lesquelles les marques se sont originellement tournées vers les influenceurs comme relais d’opinion : un message plus authentique. En effet, ces micro-influenceurs ne font pas de la création de contenus marchands leur première source de revenus. Leurs prises de parole paraissent ainsi plus crédibles aux yeux de leurs followers.

En terme de visibilité, les micro-influenceurs ont beaucoup à apporter aux marques. A budget égal, les marques peuvent collaborer avec 40 micro-influenceurs, obtenant ainsi une meilleure pénétration, plutôt que de s’associer avec une célébrité. De plus, le nouvel algorithme d’Instagram valorise des contenus plus qualitatifs : l’ordre du fil d’actualité dépend désormais de la pertinence des publications. Le CEO de Gnack prédit que les posts de micro-influenceurs gagneront en visibilité sur Instagram. Un constat que l’on peut également faire sur Twitter et Facebook, d’autres plateformes à l’algorithme non chronologique.

Les réseaux sociaux déroulent ainsi le tapis rouge pour les micro- influenceurs. Une question subsiste : comment susciter leur intérêt pour votre marque ?

Plus d’infos : http://bit.ly/1OPzplF