04812_adam-driver-snickers-apology-hed-2017-840x460

C’était la première publicité live de l’histoire du Superbowl. Mais comment faire vivre un spot live au-delà des 30 secondes d’achat media ? Pour Snickers, il s’agissait de pousser le concept le plus loin possible grâce à tout un écosystème digital activé avant, pendant, et après le live.

Au-delà du teasing humoristique exploitant le thème Western, Snickers a mis en place un dispositif live digital pour créer de l’engagement avant la diffusion de la publicité. Retransmis sur SnickersLive.com et sur la page Facebook de la marque, l’événement consistait en « un live de 36 heures… pour célébrer une publicité live de 30 secondes ». Et ce nom illustre bien la problématique d’une marque diffusant un spot TV en live : que l’engagement ne se limite pas aux 30 secondes de la publicité. Le plateau de tournage a donc été mis à contribution pour cette campagne live en deux temps, avec des invités, des jeux, et toujours l’humour décalé propre à la marque, afin de créer de l’attente pour le spot central et d’exploiter au maximum le potentiel viral du live sur les réseaux sociaux.

Puis dans le film tourné et diffusé en direct à la télévision ainsi que sur Facebook, Adam Driver proposait une nouvelle déclinaison de « You’re not you when you’re hungry » : l’acteur affamé rate son signal de départ et finit par ruiner le film. Une idée créative que l’écosystème digital a ensuite permis d’enrichir à coup de fausses excuses : du tweet de Snickers à la vidéo de l’acteur sur le plateau détruit.

Ainsi, la spécificité de cette publicité ne réside pas seulement dans le fait que ce soit la première diffusée en live au Superbowl. Ce qui rend l’initiative de Snickers unique, c’est tout l’écosystème digital déployé autour de ce live : chaque activation était pensée pour raconter une partie de l’histoire et engager au maximum les spectateurs, bien au-delà des 30 secondes à la télévision.

 

Plus d’infos : http://bit.ly/2kJkoaI