Adobe teste les aptitudes des utilisateurs de son logiciel Photoshop en leur lançant un défi original : résoudre une enquête à partir d’une image au format psd composée de plus de 40 calques.

Halloween est une date importante dans le calendrier de beaucoup de marques. C’est l’occasion pour celles-ci d’entrer en connivence avec leurs fans dans un contexte festif à seulement deux mois des fêtes de fin d’année. Sur les médias sociaux, placements de produit, tweets, Vine, snaps et hashtags sont de circonstance, avec des taux d’engagement plus ou moins probants. L’éditeur de la suite de logiciels graphiques Adobe essaie de tirer son épingle du jeu en misant au maximum sur les interactions.

À l’approche du 31 octobre, les fans ont été invités à mener l’enquête sur l’assassinat du Professeur Photoheim via la page Facebook de Photoshop. Les initiés du logiciel de retouche devaient télécharger un fichier de 155 Mb composé de 44 calques pour y chercher des indices. En maniant l’outil de sélection manuelle et la jauge d’opacité des calques, on pouvait par exemple découvrir un objet caché derrière un coussin ou un fauteuil. Tout au long de l’opération, les internautes recevaient des indices sous forme d’images Photoshop à décrypter.

« Who Killed Professor Photoheim ? » s’adresse à un public restreint (les utilisateurs aguerris des logiciels Adobe) et demande beaucoup de temps et de patience. L’opération diffère de la plupart de celles réalisées sur les médias sociaux qui misent sur des micro-contenus faciles à partager pour toucher la plus large audience possible. Pour autant, la campagne a permis un fort taux d’engagement : plusieurs centaines de milliers de personnes auraient pris part à l’expérience, pour près de 100 000 interactions. Alors que la portée des messages des pages de marques diminue sur Facebook, la stratégie s’avère payante pour ce qui est d’augmenter la reconnaissance et la visibilité d’Adobe.

Plus d’infos : http://on.fb.me/1vnxYei