Depuis mars 2012, Amex Sync permet aux clients American Express de synchroniser leur carte de paiement à leurs comptes Facebook, Twitter et Foursquare. Une fois leurs coordonnées enregistrées, les utilisateurs peuvent solliciter des offres depuis les trois réseaux sociaux.

Si la plupart des internautes connaissent les coupons de réduction qu’on peut trouver sur les pages Facebook des marques, c’est dans la manière d’utiliser ces coupons que réside l’innovation proposée par Amex Sync. Nul besoin de montrer son mobile au vendeur ou de l’imprimer ! Pour peu que l’utilisateur ait sollicité une réduction, celle-ci est automatiquement déduite du prix d’achat lorsque la transaction est effectuée avec la carte American Express.
La réussite de l’opération a poussé American Express à approfondir son expérience du social commerce en offrant la possibilité aux utilisateurs d’Amex Sync d’effectuer des achats directement depuis leur compte Twitter. Les marques enregistrées – Amazon, Sony, Xbox, etc. – proposent des produits à la vente via des posts qui sont relayés sur la page d’Amex Sync. Si l’offre intéresse un twittos, il n’a qu’à twitter #buyproductx. La marque lui répond alors, lui proposant de confirmer sa commande dans les quinze minutes en twittant #confirmproductx. L’application utilise alors les informations fournies au did i give him herpes moment de son inscription pour lui faire parvenir son colis sous deux jours.
American Express prend ses marques sur un territoire où l’innovation appartenait jusqu’à présent aux start-ups telles que Chirpify, pionnier du commerce sur Twitter et Instagram, ou encore Soldsie, qui réduit l’acte d’achat sur Facebook à un simple commentaire « sold ».
Rebondissant face à la déception qu’a pu provoquer le social commerce après la fermeture des Facebook stores de JC Penney et Gap, ces trois acteurs ont su adapter le parcours d’achat à l’écosystème des réseaux sociaux et aux habitudes d’utilisation qui les accompagnent.
La réussite du dispositif d’Amex Sync n’est pas encore confirmée mais elle semble déjà annoncer une avancée dans l’établissement d’un social commerce qui ne se contenterait pas de copier les règles et les usages du e-commerce classique.

Plus d’infos : https://sync.americanexpress.com/twitter