Chaque fin d’année, les entreprises doivent s’attaquer à l’exercice de communication de leurs rapports annuels.

Le plus souvent pour un résultat des plus conventionnels et rébarbatifs où discours corporate, diagrammes, chiffres et autres bilans comptables ne trouvent d’intérêt qu’auprès des spécialistes… Ce n’est pas le cas de Warby Parker, marque new-yorkaise de lunettes très tendance, qui s’efforce chaque année de faire preuve d’originalité en considérant son rapport annuel comme un outil de communication à destination du grand public. On n’en attend pas moins d’une start-up créée en 2010 avec l’ambition de révolutionner le marché de la lunetterie aux Etats-Unis avec un business model lui permettant de proposer des collections de lunettes à prix low cost en se fondant sur un design in-house d’inspiration rétro hipster qui fait fureur auprès des fashionistas, une distribution principalement online, une dimension solidaire (pour chaque paire de lunette achetée, une monture est offerte à des personnes dans le besoin) et des services innovants (essai virtuel en ligne mais aussi possibilité de recevoir plusieurs paires pour un essayage à la maison…).

Le rapport annuel 2013 de Warby Parker prend donc la forme d’un calendrier interactif retraçant avec humour mais précision et transparence les 365 derniers jours de l’entreprise.
Ici les chiffres et graphiques ne parlent pas tant de parts de marché ni de taux de croissance mais s’attachent plutôt à illustrer des faits et anecdotes amusants sur la vie de l’entreprise et de ses salariés. Ce qui fait affluer les internautes et les clients… Car ce rapport annuel tient plus de la campagne de marque relationnelle et de la publicité digitale dont les contenus sont destinés à être partagés et viralisés.
Et cela semble plutôt efficace puisque, depuis 3 ans que Warby Parker réalise ce genre d’opération, les jours suivant la publication de ses rapports annuels sont ceux les plus importants en terme de trafic sur le site et de nombre de commandes…

image 812