Le 3 novembre prochain, YouTube diffusera en direct ses premiers Music Awards. L’événement comportera quelques prestations en live des plus grands artistes de notre époque, aux côtés desquels se tiendront des inconnus du grand public. Une manière pour la marque de dire que si elle ne renie par ses origines, elle souhaite aujourd’hui devenir plus qu’une plateforme d’hébergement de vidéo.

L’ère durant laquelle les plateformes digitales telles que YouTube se targuaient de proposer un ciblage d’audience très précis est révolue. Leur audience est telle qu’elles peuvent aujourd’hui dire qu’elles font aussi (et surtout) du volume. Avec 1 milliard de visiteurs uniques qui se rendent sur YouTube chaque mois, le site représente à lui seul entre 3 et 4% des pages vues sur Internet, ce qui en fait le troisième site mondial selon Alexa.

La plateforme vidéo, qui ne sert pas seulement à diffuser des contenus délinéarisés à des cibles de niche, veut montrer qu’elle est capable de réunir une audience importante à un instant T.
Pour cela, elle a décidé d’organiser un événement fédérateur qui mobilisera les fans de nombreux artistes dans le monde entier. Outre la démonstration de force auprès des annonceurs, YouTube espère devenir la nouvelle référence mondiale de la culture populaire musicale, comme MTV a pu l’être par le passé.

Plus encore, il s’agit pour YouTube de compléter son statut de d’hébergeur diffuseur de contenus UGC par celui de producteur de contenu. La marque a déjà lancé plusieurs chaînes et s’apprête à en sortir de nouvelles, cette fois-ci payantes. Le prix de ces dernières pourra être justifié par l’absence de publicité et/ou par la diffusion de contenus originaux. Et c’est surtout ces contenus originaux de qualité qu’elle tente aujourd’hui de développer. On assiste donc à un changement de business model pour une marque qui compte aujourd’hui capitaliser sur son audience pour en convertir une partie en abonnés, tout en développant son attractivité auprès des annonceurs.